Menu icoMenu232White icoCross32White

Retour
Les vrais gonfleurs d'hélices !

Les vrais gonfleurs d'hélices !

Chacun prend plaisir à affubler les autres de sobriquet plus ou moins élégants, plus ou moins évocateurs : pète-à-feux, chasseur à lapin, rameurs, on voit tout de suite pourquoi. Biffin, l’explication est moins simple est assez controversée.

Mais quand on parle des « gonfleurs d’hélices », c’est-à-dire nous, les aviateurs, ça ressemble à de la galéjade (comme si nous, aviateur, avions l’habitude d’exagérer !).

Alors, l’origine de ce terme ? Longtemps les hélices étaient du type pas fixe, du décollage à l’atterrissage, en passant par la voltige et le combat. Comme si on allait de Marseille à Genève en passant les cols alpins (avec ou sans chasseur !) dans une voiture sans boîte de vitesse mais ayant un rapport qui se situerait entre la troisième et la quatrième d’une boîte moderne. L’idée de mettre une boîte de vitesse sur les hélices, en fait de faire varier le pas en fonction de la phase de vol, trottait dans la tête de nombreux ingénieurs de l’aéronautique. En attendant de trouver des solutions satisfaisantes, l’un d’eux eut l’idée d’apporter un début d’amélioration au système fixe. Il mît au point une hélice non à pas entièrement variable, mais à deux positions de pas, une position correspondante aux petit pas, et une autre aux grand pas.

Au sol, avant le décollage, l’hélice était calée sur le petit pas. Une fois en l’air, le pilote passait sur grand pas en percutant une vessie d’air comprimé. Après l’atterrissage un mécano (…) regonflait la vessie pour repasser l’hélice au petit pas. Vous avez tout compris.

Le système n’eut pas une grande longévité. Non à cause de l’appellation quelque peu burlesque de cette spécialité, mais pour des raisons plus pratiques. D’abord, le pilote était mis dans une position délicate et même dangereuse au cours d’une remise de gaz, car son hélice était bloquée sur le grand pas. Ensuite, parce que les véritables hélices à pas variable ont été mises au point.

Je ne garantis pas l’authenticité absolue de l’anecdote. Mais si des anciens ayant volé sur un avion équipé d’hélice « à pas dégonflables en vol » peuvent nous en dire plus, nous serons ravis de publier leurs souvenirs vrais sur la question.

Général Roger Frapier

NDLR : les gonfleurs d'hélices sont donc les mécanos, pilotes ou non ! Pour une fois, l'armée de l'air est assimilée à nos indispensables mécaniciens, sans lesquels nous n'aurions jamais volé. Juste retour des choses !

icoComment35Color
icoComment35Color
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Le dîner de la chasse du 3 décembre est annulé, l'AGO est maintenue

Le dîner de la chasse du 3 décembre est annulé, l'AGO est maintenue

En raison de la situation sanitaire et du risque de création d'un "cluster" au sein de...

2 décembre 2021
In memoriam : commandant (R) Vincent Scotto Di Vettimo

In memoriam : commandant (R) Vincent Scotto Di Vettimo

Après avoir obtenu son macaron au Canada en 1954, Vincent Scotto Di Vettimo a été moniteur T6 à...

24 novembre 2021
Dîner de la chasse : les inscriptions sont suspendues

Dîner de la chasse : les inscriptions sont suspendues

Les conditions sanitaires ne sont pas relâchées : 228 convives et dîner assis nous sont imposés....

17 novembre 2021
Assemblée Générale Ordinaire le 3 décembre 18h00

Assemblée Générale Ordinaire le 3 décembre 18h00

Comme annoncé dans notre mail du 7 septembre, l'assemblée générale ordinaire de l'association...

10 novembre 2021
Dîner de la chasse : votre accès à l'École militaire

Dîner de la chasse : votre accès à l'École militaire

Vous venez au dîner de la chasse et vous êtes déjà inscrit auprès de l'APC. Il vous faut...

9 novembre 2021
Les inscriptions au Dîner de la Chasse sont ouvertes

Les inscriptions au Dîner de la Chasse sont ouvertes

Comme annoncé, nous sommes engagés dans la préparation du Dîner de le Chasse, le 3 décembre de...

28 octobre 2021